'Alienor : L'origine de toutes les haines'
d'Aurélien Grall

Titre : Alienor : L'origine de toutes les haines.
Auteur : Aurélien Grall.
Éditeur : Auto-édité.
Date de parution : 2016.
Genre : Thriller, Espionnage.
Résumé : 
Alexia est encore petite fille lorsque des inconnus l’arrachent à sa famille pour la conduire dans une école privée, l’Académie Aliénor d’Aquitaine. Le pensionnat d’élite est censé lui promettre le plus brillant des avenirs, bien loin de la misère qui l’a vue naître. Mais les choses ne se passent pas comme prévu et la petite prend progressivement conscience, en compagnie de ses deux amies, Jade et Clarisse, qu’elles sont promises à de plus beaucoup plus sombres desseins… Roman bouleversant, ALIENOR est si puissant qu’il ne vous laissera pas indemne : ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Si vous avez le cœur bien accroché, osez percer le mystère se cachant derrière les grilles de l’Académie…

Je remercie l'auteur, Aurélien Grall, pour l'envoi et le site Simplement.pro pour la mise en relation. Et ce fut une belle découverte...

L'histoire est celle de jeunes filles, qui sont enlevées à leur famille pour intégrer à l'Académie Aliénor d'Aquitaine, qui a pour but de les transformer en espionnes sans pitié permettant de renverser le monde politique. On va alors suivre Alexia et deux de ses amies, Jade et Clarisse, qui ont intégré cette école très privée et secrète. Elles vont alors avoir des cours de culture général et des entraînements sportifs, mais surtout, elles vont devoir supporter la sévérité de leur gouvernante, Katerina Haendel. 

Je tiens, d'abord, à dire que certaines scènes peuvent choquer le jeune public. L'histoire est donc divisée en deux parties : lorsque les jeunes filles arrivent à l'Académie et quelques années plus tard. On voit et comprends l'endoctrinement de ces jeunes filles du début à la fin... Cela parait un peu flippant, car l'univers parait très réaliste et l'histoire reste plausible de nos jours. Cela me rappelle un peu le film La Vague sur le point de l'endoctrinement des personnes. De plus, l'univers est posé dès le début et les événements s'enchaînent à un rythme agréable. Du coup, j'ai apprécié cette histoire, que je trouve très instructive. 

La fin est assez étonnante, mais aussi très attendu. Je dois dire que je ne savais pas vraiment comment cela pourrait finir, mais ce fut une fin dans la continuité du reste du roman et de l'histoire. 

Alexia est une jeune fille, qui a retenu mon attention, car elle est un peu différente des autres filles du pensionnat. Je dois dire que je l'ai appréciée pour sa différence, car elle est un peu cruche au départ, mais va rapidement être endoctrinée et donc arriver à des performances meilleures que les autres. Elle se lie d'amitié avec ces deux camarades de dortoirs, Jade et Clarisse. Ces trois compères vont alors vouloir découvrir ce que cache l'Académie, mais cela ne va pas être de tout repos. J'ai aimé les découvrir et les suivre tout au long de leurs aventures, mais je dois dire que je n'ai pas réussi à m'identifier à ces personnages. C'est le gros défaut du roman, car j'apprécie plus l'histoire quand je m'identifie facilement à un personnage. 

Le style de l'auteur est très très descriptif, voir trop. En effet, je trouve que parfois les description sont trop présentes au prix des pensées des personnages. Il est vrai que j'aime avoir de la description de l'univers où évolue les personnages, mais j'aime aussi cette description concernant les pensées des personnages, et je n'ai pas retrouvé cela ici. 

En général, une histoire instructive, qui fait énormément réfléchir, même si j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages principaux. 
'Le Trône de fer, tome 03 : La Bataille des rois' de George R.R. Martin
SimPlement.pro

2 commentaires:

  1. Il a l'air vraiment intéressant celui ci :)
    Surtout que j'avais été captivé par La Vague tant en film qu'en livre
    Si j'ai l'occasion, j'espère pouvoir le lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tellement !
      Oui, je pense qu'il peut te plaire :D

      Supprimer