'Hier encore, c'était l'été' de Julie de Lestrange


Titre : Hier encore, c'était l'été.
Auteur : Julie de Lestrange.
Éditeur : Le Livre de Poche.
Date de parution 2017.
Genre : Romance.
Résumé 
Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. 
Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance et en toute innocence. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la claque est brutale. 
En une décennie, ceux que les intellectuels appellent la jeunesse perdue et désillusionnée vont devoir apprendre à se battre pour exister. La vie les perdra par endroits. 
À travers les drames, les fous rires et les joies subsiste alors l'amitié. Et l'amour qui les sauvera. 
Tendre portrait d’une génération et d’une époque, Hier encore, c'était l'été prend aux tripes pour ne plus vous lâcher. C’est l’histoire de nos guerres quotidiennes, de ses victoires et de ses peines. C’est surtout l’histoire de la vie et d’une bande d’amis dont on voudrait faire partie.
Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteure pour sa confiance et pour m'avoir envoyé ce roman, qui me tentait beaucoup quand j'ai découvert le résumé. Et j'ai été déçue, je ne m'attendais pas à ce genre de roman... 

L'histoire est celle d'un groupe d'amis composé notamment d'Alexandre, Marco et Sophie, qui se connaissent depuis l'enfance et qui vont grandir ensembles, même s'ils ont des aspirations différentes pour leur vie d'adulte. Entre drame et amitié en passant par l'amour, nos personnages vont apprendre à se construire dans un monde pas toujours parfait...

Je t'avoue tout de suite que je suis passée complétement à côté de cette histoire. 

Dés le départ, j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. C'est vrai que je ne dois pas avoir le même âge que ces personnages, mais d’habitude, cela ne me dérange pas pour les comprendre. Peut-être que l'on n'est pas de la même époque, mais j'ai eu du mal avec leurs problèmes. En effet, je ne me pose pas les questions qui se posent autour de l'amitié et de l'amour, mais je me pose des questions beaucoup plus pratiques, comme "vais-je pouvoir passer mes partiels avec les étudiants commencent à bloquer mon université ?" ou encore "vais-je pouvoir trouver du travail ?". Du coup, je n'arrivais pas à les comprendre, ils ont des problèmes vraiment superficiels... 

S'ajoute à cela le fait que l'on survole les années et les événements sans vraiment de finalité. J'ai eu l'impression de suivre des personnages, comme si j'étais lecteur d'un journal relatant leur vie, sans vraiment comprendre l'intérêt de l'histoire. Je pense que c'est un problème générationnel. C'est pour cela que je le recommanderai à des personnes un peu plus âgé que moi, qui peuvent peut-être mieux comprendre cette période dans lequel ils ont vécu. 

La fin est, comme le reste, superficiel, même si je ne m'attendais pas vraiment à cette fin là pour Sophie et Alexandre. J'ai été surprise sans vraiment l'être. 

Alexandre est un jeune homme, qui a toujours vécu entouré de ses amis. Il est surprotecteur avec sa sœur, Anouk, qui se cherche juste, alors qu'elle est un peu plus jeune que lui. J'ai beaucoup aimé sa relation avec sa grand-mère. Je le trouvais attentionnée avec elle et leurs échanges ont été intéressant pour moi, comme une choc des générations. Enfin, sa relation avec Sophie est, pour moi, bizarre depuis le début. Car même s'ils ont des relations, lui avec Marie ou encore elle avec Raúl, je dois dire que je savais qu'ils avaient des sentiments l'un pour l'autre. Et cela sans que l'on est vraiment clairement les sentiments d'Alexandre. C'est d'ailleurs cela qui m'a manqué pour m'attacher à lui, en plus du fait que j'ai eu du mal à le comprendre dans l'ensemble. 

Marco est celui auquel je me suis le plus attaché, si l'on peut appeler cela s'attacher. En effet, comme pour les autres, il est éloigné des problématiques que j'ai et que j'aurais dans les années à venir. Mais il a un quelque chose qui me l'a fait apprécié. Je ne serais dire quoi, mais il m'a touché à sa manière dans son comportement avec ses amis, notamment avec Alexandre.

Sophie est un peu comme Alexandre. Je lui prêterais les mêmes défauts. Donc pareil, je n'ai pas réussi à m'attacher... En plus, je la trouve encore moins claire qu'Alexandre. Je ne la comprend pas du tout et je n'arrive pas à lire en elle, comme j'ai réussi à lire dans Alexandre par moment. 

Le style d'écriture est ce qui redresse vraiment le roman. Il est descriptif et c'est cela que j'aime. Mais j'aurais voulu plus de descriptions concernant les sentiments des personnages. De plus, j'aurais voulu plus de détails entre les événements qui jonchent la vie des personnages du groupe d'amis. 

En général, une lecture mitigée avec des personnages trop éloignés de ma réalité. Je pense que cela peut plaire à certaines personnes, mais cela ne l'a pas fait avec moi...

7 commentaires:

  1. Je pense que je vais passer mon tour pour celui ci ^^' Je suis clairement pas le public cible :p

    RépondreSupprimer
  2. Il ne m'intéressait déjà pas plus que ca, mais ta ta chronique me donne encore moins envie ^^

    RépondreSupprimer
  3. Un roman qui me tente tout de même bien. Dommage que tu n'aies pas plus apprécié les personnages. Mais, tant mieux pour l'écriture de l'autrice :)

    RépondreSupprimer